Pesée des élèves dans les cours d’éducation physique

La FCPQ demande de mettre fin à cette pratique

Québec, le 26 janvier 2017 — De passage devant la Commission de la culture et de l’éducation cet après-midi, la Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ) demandera au gouvernement de mettre fin à la pratique de la pesée des élèves dans les cours d’éducation physique, une pratique isolée, non encadrée et pour laquelle aucun suivi n’est proposé.

« Le problème avec la pesée des élèves dans les cours d’éducation physique est que c’est un peu n’importe quoi. Certains le font, d’autres non, Certains en privé, d’autres devant l’ensemble du groupe…Mais surtout, aucun support ou suivi serré n’est mis en place pour les élèves aux prises avec une problématique liée au poids, quelle qu’elle soit », constate la présidente de la FCPQ, madame Corinne Payne.

Pour les parents, il est inconcevable de continuer cette pratique en ne lui associant aucun suivi. 84% des parents consultés par la FCPQ estiment que cette pratique devrait être interdite. Ils proposent plutôt de la remplacer par un transfert de connaissances auprès des élèves et de leur famille. Pensons à l’enseignement des saines habitudes de vie, de la saine alimentation, d’éducation aux médias, de la valorisation d’une image corporelle diversifiée, de développement de la pensée critique ou la pratique d’activités physiques. « Cela serait beaucoup plus cohérent avec les objectifs de la Politique gouvernementale en prévention de la santé », croit la présidente.

Par ailleurs, 100% des parents qui se disent contre la pesée estiment que cette pratique est risquée pour l’estime de soi, particulièrement pour celui ou celle qui se considère en surpoids ou trop maigre. En effet, la FCPQ craint les impacts négatifs considérables chez les jeunes, tant au niveau de l’intimidation que de l’anxiété associée à cette activité. « Ce sont des risques que nous ne pouvons pas, en tant que parents ou intervenants du monde de l’éducation, nous permettre de prendre », conclut Corinne Payne.

– 30 –